Les baisers nuisent au trafic à Cointrin

Les baisers nuisent au trafic à Cointrin

Par dans GHI le 23 septembre 2015

Un dernier bisou avant le départ ? La configuration actuelle de l’aéroport rend cette pratique nuisible à la fluidité du trafic.

«Beaucoup de gens n’utilisent pas correctement l’aire Kiss & Fly. Nous avons tout essayé, mais la plupart des conducteurs font descendre bagages et passagers à la hauteur de la tonnelle, bloquant ainsi la moitié de l’espace disponible.» Celui qui se désole ainsi n’est pas n’importe qui: Bertrand Stämpfli, porte-parole de l’aéroport, est bien placé pour tirer ce diagnostic peu rassurant.

En fonction sous sa forme actuelle depuis fin 2013, cette voie longue d’une centaine de mètres longe le niveau départ à 20 m des entrées de l’aérogare. elle permet la dépose rapide des personnes en partance et leurs bagages par des proches en voiture qui repartent sans parquer leur véhicule.

La plupart du temps, pourtant, elle agit comme un piège. Dès qu’une voiture s’arrête sur la voie, les automobilistes qui suivent font débarquer à leur tour bagages et passagers, réduisant d’autant la place pour les suivants. En quelques secondes, deux automobilistes indisciplinés peuvent ainsi bloquer une ligne qui fait tout de même près de 100 m !

Solution simple

Pire encore, rappelle René Desbaillet, président de la section genevoise de l’Automobile club suisse (ACS): «Lors des périodes de vacances, il est arrivé que la file remonte sur l’autoroute jusqu’à la sortie Palexpo, bloquant l’accès au Palais des expositions. Il n’y a tout simplement pas assez de place pour tous les véhicules et les gens qui veulent se dire au revoir convenablement»

Même son de cloche côté taxis. Ceux ci déposent leurs clients sur une voie parallèle et déplorent régulièrement le manque de place et une position trop éloignée des portiques d’entrée qui nuit aux passagers âgés ou handicapés.

«Il serait pourtant simple de prévoir un parking de quelques minutes en épis, propose René Desbaillet. Les gens pourraient s’arrêter sans bloquer toute la file. Ensuite, ils devraient pouvoir repartir en avant et ainsi ne pas créer de trouble inutile. D’ailleurs, c’est comme ça que c’était avant: facile et efficace.»

Des vigiles

Ces plaintes récurrentes laissent Bertrand Stämpfli mi-figue mi-raisin: «Croyez-moi, le directeur de l’aéroport ne se lève pas chaque matin en se demandant comment il pourrait entraver le parcours des usagers. Nous sortons de 4 ans de travaux de rénovation et les accès ont dû être modifiés à de nombreuses reprises pour laisser place au chantier.»

Cet article est paru dans le GHI du 23 septembre 2015, sous le titre : «Les baisers nuisent au trafic à Cointrin».

Vous pouvez également le lire sur le PDF du journal

«Nous avons tâtonné pour tenter d’améliorer en continu la dépose minute, sans avoir encore trouvé de solution totalement satisfaisante. Fin octobre, la rénovation sera terminée et nous pourrons repenser cet espace qui restera étroit et doit être partagé entre sécurité, pompiers, véhicules diplomatiques, taxis, bus, navettes et particuliers. Si le Kiss & Fly ne constitue pas une bonne option, on l’abandonnera.»

Les usagers attendront donc de savoir à quelle sauce l’aéroport les accommodera. Dans l’intervalle, en périodes chargées, des vigiles continueront à indiquer aux automobilistes là où ils sont priés de bien vouloir embrasser leurs proches en partance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Facebook IconTwitter IconIMa page Google+IMa page Google+