Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions

Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions

Par dans Politique le 16 mars 2016

«En Suisse, il est possible d’effectuer une prière dans les transports publics. Qu’en pensez-vous?» Cette question toute simple sème une tempête émotionnelle en Suisse romande depuis le 13 mars.

Ce jour-là, peu avant 14h, David Puippe, 27 ans, membre libéral-radical du Conseil général (législatif) de Monthey (VS) poste ce statut sur son profil Facebook. Il l’accompagne d’une photo prise quelques minutes plus tôt. On y voit une femme coiffée d’un foulard s’agenouiller dans l’allée centrale d’une voiture de première classe des CFF.

Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions

Mieux que la RTS

«Je revenais du congrès des Jeunes Libéraux Radicaux, à Berne. Je rentre dans le train à Lausanne, lorsque je vois cette dame qui fait la prière et deux personnes, surprises, qui la regardent. Je milite pour un Etat laïc et une pratique de la religion dans un cadre privé. La situation m’a semblé assez surprenante pour que je prenne deux photos et que je lance le débat. C’est après tout notre rôle, en tant que politiciens, d’ouvrir les discussions plutôt que de les escamoter.»

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la mayonnaise prend. En quatre jours, les commentaires s’accumulent et – surtout – le document est partagé à plus de cent reprises. A titre de comparaison, les publications de la RTS, le site de média le plus fréquenté de Suisse romande, ne sont partagées que quelques dizaines de fois en moyenne.

Propos anti-islam

Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions

David Puippe. DR

Le jeune PLR explique que «la scène a duré trois fois trente secondes, sans déranger personne. Elle s’est écartée trois fois au passage de gens traversant le wagon, enlevant à chaque fois son tapis. Aucune remarque, aucune insulte n’ont été proférées.»

Sur Facebook, c’est une autre histoire. Sous la photo originale, David Puippe, cadre le débat, mais lors des partages, une certaine idée de la place de l’islam en Suisse se fait jour. Les commentaires vont de «C’est de la provocation pure» à «[…]nous les Suisses somme des chrétiens. Il est impossible d’admettre ce genre de pratiques dans le train.» Presque partout, c’est «le ras-le-bol», «n’importe quoi» ou encore «bientôt il faudra que tout le monde s’arrête pour respecter leur fanatisme».

Ces réactions font suite aux propos qui accompagnent la plupart des partages, dont voici un florilège.

Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions

Le seul avis favorable visible se trouve bien esseulé.

Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions

Quelles sont les règles?

Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions

Le règlement affiché dans les trains CFF. DR

Côté réglementaire, un musulman peut-il librement prier selon son rite dans les trains? «Le règlement affiché dans nos trains ne l’interdit pas», réagit Donatella Del Vecchio, porte-parole des CFF, qui précise que prier relève de la sphère privée et que par conséquent «les CFF ne prennent pas position sur [ce] cas […].» D’autant que cette personne «n’a pas entravé le flux des voyageurs».

Règles encore, mais religieuses celles-là, un musulman peut-il prier dans un train, même arrêté? L’islam ne prévoit pas de lieu spécial pour prier, même si la réunion à la mosquée, pour les hommes, est fortement recommandée. Seule règle impérative, le lieu doit être propre et celui qui prie en état de pureté physique. La prière elle-même dure quelques minutes.

[Ajout: 17.03.16] Pour Bassam Degerab, porte-parole la Mosquée de Lausanne, «Ce n’est probablement pas la première fois qu’un musulman prie dans les transports publics. Ce n’est pas nouveau, mais la multiplication des smartphones permet d’en publier largement les photos. Cette femme a sans doute pensé que son voyage dépasserait le temps échu pour la prière de la mi-journée. Elle a alors consacré deux ou trois minutes pour ce faire.»

«[C’est une] tentative de photoshoper le réel: on prend l’image et on lui fait dire autre chose que ce qu’elle montre.»

M. Degerab estime en outre que les commentaires accompagnant les partages de la photo «ne sont pas autre chose qu’une tentative de photoshoper le réel: on prend l’image et on lui fait dire autre chose que ce qu’elle montre. Il existe une islamophobie rampante dans ce pays et elle progresse. Elle est au service de certains groupes qui ont un but qui leur est propre.»

Le porte-parole ne nie pas que «des citoyens ont des craintes justifiées vis-à-vis de ce qui se passe dans certaines régions du monde. Mais des groupements procèdent à des amalgames pour faire naître la peur et développer en Suisse un sentiment d’insécurité pour arriver à des objectifs qui leur sont propres.»

Plus dérangé par la musique

«La Mosquée de Lausanne fait beaucoup d’effort pour que la population vienne découvrir qui nous sommes. Nous avons une politique de portes ouvertes régulières et nous encourageons la communauté musulmane à tendre la main aux autres communautés pour leur montrer la réalité de nos vies.» [/Ajout: 17.03.16]

David Puippe, quant à lui, reconnaît avoir été dépassé par le succès de sa publication. Le jeune politicien, même s’il ne dédaigne pas le retentissement rencontré par sa photo, fronce le nez devant les dérapages islamophobes quelle suscite: «J’ai du ôter de mon profil des commentaires qui incitaient à la haine ou aux attaques physiques en affichant des icones de pistolet ou de bombe.» Il estime d’ailleurs que la prière de cette femme «pose beaucoup moins problème que ces voyageurs écoutant de la musique à fond sans considération pour l’entourage.»

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle (et recevez les meilleurs articles publiés).

3 thoughts on “Une musulmane en prière dans un train déchaîne les passions

  1. 1

    Heureusement que ce n’était qu’un désir de prière. Imaginons que ce délire (pardon, désir) se situe plus proche d’une partie anale de son corps. Je suis sur qu’on lui aurait touvé des papiers

  2. 3

    Le premier réflexe est la surprise car, quelque soit la religion, on ne la pratique pas dans un train ou un bus. Passé le moment de surprise, il faut ouvrir les yeux pour considérer que cette prière n’est pas destinée à faire le mal. A l’heure actuelle on voit et parle plus du négatif que du positif. Tant qu’il n’y a qu’une personne et que ce n’est pas la moitié du train, je ne vois pas en quoi cela dérange ! Lorsque l’on voit certaines réactions, on comprend pourquoi beaucoup de choses vont mal dans notre monde. Il faut réapprendre à tourner la langue 7 fois dans la bouche avant de dire n’importe quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Facebook IconTwitter IconIMa page Google+IMa page Google+