La start-up suisse qui fait entrer la science dans les jeux

La start-up suisse qui fait entrer la science dans les jeux

Par dans Bilan, Electronique le 23 mars 2016

Grâce à MMOS, pour la première fois, un jeu scientifique est incorporé à un des plus importants jeux vidéo en ligne.

«La start-up suisse qui fait entrer la science dans les jeux» est paru dans l’édition papier de Bilan (16.03.2016).
Et si on profitait des jeux en ligne massivement multijoueurs (MMO) pour faire avancer la science? C’est sur cette idée qu’Attila Szantner, l’informaticien, et Bernard Revaz, le physicien, ont fondé MMOS (pour Massively Multiplayer Online Science).

«Les jeux vidéo sont le phénomène le plus prenant, le plus fascinant de notre temps, estime Attila Szantner. Sur console, téléphone ou ordinateur, trois milliards d’heures y sont consacrées chaque semaine dans le monde! Si nous pouvions transformer une toute petite fraction de ce temps pour aider la recherche scientifique, ce serait une avancée capitale.»

Entre Suède et Islande

La start-up suisse qui fait entrer la science dans les jeux

Attila Szantner en compagnie du professeur Emma Lundberg. Photo Ben Gruber

En décembre 2014, les deux hommes s’installent, au BioArk de Monthey (VS). C’est le début d’un travail de longue haleine: «J’ai parcouru le monde, donné des conférences, tenté de rencontrer et convaincre les leaders de la branche», détaille M. Szantner. Parallèlement, l’informaticien hongrois installé à Gryon (VD) et le scientifique valaisan prospectent le monde de la recherche. Ils entrent en contact avec le Pr Emma Lundberg, du Royal Institute of Technology, en Suède.

Responsable au Human Protein Atlas, celle-ci comprend immédiatement le potentiel du projet: «Nous possédons un monceau d’images de protéines présentes dans le corps humain. Nous tentons d’identifier leur type et de connaître leur localisation. Mettre à profit les capacités des joueurs pour les reconnaître et les cataloguer serait à la fois un plus pour la recherche et un pas vers l’intégration de la science dans la population.»

Car savoir quelle protéine est présente dans quel endroit du corps humain est crucial. Celles-ci fabriquent en effet une grande partie des substances essentielles à la vie. Elles sont également la cible privilégiée des médicaments, qui les activent ou les inhibent.

La start-up suisse qui fait entrer la science dans les jeux

Une photo de la protéine EGFR (en vert), un récepteur du facteur de croissance épidermique. Crédit Photo: The Human Protein Atlas

Présenté aux concepteurs du jeu vidéo massivement multijoueurs EVE-online, le projet est très vite adopté: «En fait, c’était juste assez dingue pour que nous nous laissions tenter», s’amuse Bergur Finnbogason, Senior Creative Producer chez CCP, l’éditeur islandais de ce jeu de science-fiction en temps réel.

Science dans les jeux

Au final, à l’intérieur même du jeu, les participants se voient proposer une nouvelle mission: reconnaître les protéines présentes sur des milliers de photos. Notés, récompensés, encouragés, ils sont classés dynamiquement et luttent pour monter sur le podium des joueurs les plus actifs.

La start-up suisse qui fait entrer la science dans les jeux

Une photo de la protéine ATP5A (en vert), un récepteur du facteur de croissance épidermique. Crédit Photo: The Human Protein Atlas

«C’est d’autant plus intéressant que cela ajoute du contenu au jeu et le contenu, dans notre domaine, ça vaut de l’or», relève encore M. Finnbogason. Et les premiers résultats sont incroyables: «En quelques jours, nous avons enregistré 463’936 soumissions sur quelque 15’000 participants. En outre, notre API, qui fait le lien entre le jeu et le matériel scientifique, fonctionne parfaitement», exulte Attila Szantner.

Depuis le 8 mars, les 500’000 joueurs d’EVE-online peuvent activer cette nouvelle mission. «Il est encore un peu tôt pour analyser les résultats sur le terrain» concède M. Szantner, mais la qualité de la reconnaissance semble très bonne». Le défi ultime reste toutefois à atteindre: passionner suffisamment longtemps les joueurs pour que l’entier du catalogue des protéines soit caractérisé. «Mais je fais confiance aux gars de CCP, ils connaissent à fond leur jeu et leurs joueurs», sourit M. Szantner.

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle (et recevez les meilleurs articles publiés).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Facebook IconTwitter IconIMa page Google+IMa page Google+