Dire «oui», c’est encore ne rien dire. En acceptant la traversée du lac, les Genevois ne s’engagent en effet à rien d’autre que d’en inscrire le principe dans la Constitution cantonale.

Facebook IconTwitter IconIMa page Google+IMa page Google+